x

Catégorie : Vivre la ruralité

Diane Fontaine et Claude Giroux

16 avril 2017 Anne-Marie Dulude

Saint-Aime • Diane Fontaine & Claude Giroux

Catégorie : Vivre la ruralité

Du coup de coeur à la réalisation d’un rêve
Diane Fontaine et Claude Giroux sont de bons amis que j’ai connus lorsque j’habitais à Saint-Aimé. Ils ont accepté de me raconter comment s’était produit leur choix de vivre en milieu rural. En 1979, alors qu’ils vivaient à Boucherville, ils ont décidé de s’acheter une maison sur le rang Thiersant. Même si l’habitation et les bâtiments anciens nécessitaient de sérieuses rénovations, que le puits ne contenait pas d’eau et que les champs étaient en friche, ils ont ressenti un véritable coup de cœur pour l’endroit. L’enthousiasme de la jeunesse leur permettait de visualiser tout le potentiel du lieu. Animés par cette ferveur, ils ont donc choisi de s’y établir et de consacrer tout leur temps à la concrétisation de leur rêve.

C’était le début d’une aventure qui allait devenir un tournant marquant dans leurs vies. Ils s’attelèrent d’abord à la plantation d’une quantité importante d’arbres, d’arbustes et de fleurs variés. Aujourd’hui, ce petit coin de paradis comporte plusieurs sites aménagés de façon originale remplis de trésors végétaux se transformant au gré des saisons. Heureux de vivre dans cet environnement qui leur ressemble, ils prennent plaisir à y recevoir famille et ami.

La transmission d’une passion aux générations suivantes
Leurs enfants Léonie et Benjamin se sont à leur tour installés à la campagne avec leurs conjoints, Patrick et Lauriane, afin d’y élever leur famille, adoptant ainsi le même mode de vie que leurs parents. Léonie, joaillère pour son entreprise Foliole, trouve son inspiration dans la végétation qui l’entoure. Lauriane et Benjamin confectionnent des objets en osier séché et réalisent des aménagements paysagers en tressant des tiges de saule pour leur entreprise Claustra Salix.

Tout comme leurs parents, Léonie et Benjamin ont beaucoup travaillé à la rénovation de leurs maisons respectives. Il faut dire qu’ils avaient eu un modèle inspirant et qu’ils ont appris à développer leur autonomie et leur créativité durant leur enfance au milieu d’une nature foisonnante.

Le bonheur de vivre en harmonie avec la nature
Avant même de s’installer à Saint-Aimé, Diane avait décroché un emploi à l’école Christ-Roi comme animatrice d’ateliers d’arts plastiques. Elle a ensuite donné des cours de danse aux enfants et aux adultes. Afin de mieux s’intégrer à la communauté, elle s’est également beaucoup engagée bénévolement, notamment à la bibliothèque municipale. Dès leur arrivée à Saint-Aimé, Diane et Claude ont privilégié la pratique de l’agriculture biologique. Ils trouvaient essentiel de tout récupérer pour faire leur propre compost. «C’était plutôt novateur comme façon de faire à l’époque», affirme Claude. « Nous nous sommes toujours préoccupés de la protection de l’environnement», mentionne Diane. «Nous voulions être en accord avec ce qui nous entourait. Avec le temps, nous avons composé un univers paisible autour de nous qui favorisait notre bien-être. De plus, nous avons cherché à développer notre autonomie alimentaire en faisant un grand jardin et en élevant des animaux. Vivre à la campagne nous offre cette possibilité.»

«Nous sommes aussi animés par une grande soif d’apprendre, car la nature nous réserve toujours des surprises. J’ai suivi diverses formations en agriculture, dont une en apiculture. J’ai vraiment eu la «piqûre» pour les abeilles !» En plus de se procurer ses propres ruches, son besoin de communiquer et son sens artistique développé l’ont amenée à réaliser une animation s’adressant aux enfants afin de les initier à l’apiculture. Tout l’émerveille et l’inspire. Claude de son côté apprécie effectuer des travaux sur la maison et la terre. Ici, les projets ne manquent pas pour ce couple toujours prêt à relever de nouveaux défis.

Maison Diane Fontaine et Claude Giroux 2 p8

Maison Diane Fontaine et Claude Giroux 1 p8

Crédit photo : Philippe Manning

DONNEZ-NOUS VOS COMMENTAIRES

Sorel-Tracy & Cie accorde une importance majeure au contenu des textes publiés sur sa tribune mais n’est pas responsable des erreurs de français de leurs auteurs.

À propos de l'auteur

Anne-Marie Dulude

Je travaille à la conception des différentes expositions présentées au Biophare. Ceci m’amène à faire …

S'inscrire à l'infolettre